Cinéma Colisée
Rue Pierre-Dubied
2108 Couvet

 

Ciné Club

 


61e saison du Ciné-Club du Val-de-Travers

Pour sa 61e saison, le Ciné-Club et son nouveau comité ont sélectionné treize films, espérant vous voir nombreux à venir partager ces moments forts. La saison s’ouvrira avec les frères Lumière : projection de 108 films de 50 secondes chacun tournés entre 1895 et 1905 ; cet ensemble soigneusement restauré invite à un voyage étonnant et émouvant ! La suite vous offrira une exploration à travers continents et cultures, documentaires et fictions, aussi divers que le destin d’une fille en Laponie et un instantané du Cuba d’aujourd’hui par les portraits de Miguel et Diego. Le comité se réjouit de vous rencontrer à ces occasions et vous remercie pour votre fidélité.

 

Tarifs Ciné-Club :

Carte de membre individuelle 72.-

Carte à 3 entrées 25.-

Une entrée (hors abonnement) 12.- /13.- (balcon)

Une entrée (AVS, chômeurs, étudiants)10.-

Attention : réduction de 5.- membre CCV uniquement sur carte individuelle (pas de cumul)

 

 

Ciné-club du Val-de-Travers - 61ème saison 2018-2019

Séance le mercredi soir 20 h 15

 

 

24 octobre 2018 : Lumière ! L'aventure commence, Thierry Frémaux
France, 2016, documentaire, 1h30, 6/10 ans

Pour ouvrir la saison un film de cinéphile pour des cinéphiles !
Quel bonheur de découvrir en une seule fois 108 films, d’une durée de 50 secondes chacun, tournés entre 1895 et 1905 par Auguste et Louis Lumière ! Deux créateurs fantastiques qui ont initié un nouveau langage avec une nouvelle grammaire. Ce film est une déclaration d'amour au cinéma.

 


7 novembre : Faute d'amour, Andrey Zvyagintsev
Russie, 2017, avec Alexey Rozin, Maryana Spivak, 2h08, 14/16 ans


Après Léviathan (2014), Andreï Zvyagintsev signe un nouveau chef d’oeuvre, Prix du jury à Cannes 2017, dans lequel drame personnel et société  contemporaine russe se font écho. Un enfant disparaît au sein d’un couple qui se déteste et s’apprête à divorcer. De cette ligne d’horizon Zvyagintsev va dresser un constat désabusé et plus large sur un monde qui paraît sans conscience, résolument matérialiste et souvent déshumanisé.

 


21 novembre : Brooklyn Yiddish, Joshua Z. Weinstein + court métrage
USA, 2017, avec Menashe Lustig, Ruben Niborski, 1h21, 12/14 ans


Borough Park, quartier juif ultra-orthodoxe de Brooklyn. Menashe, un père qui a perdu sa femme, se bat pour que son fils Ruben puisse continuer à vivre avec lui, ce que l’interprétation stricte de la Torah lui interdit. Pas possible en effet de le faire sans se remarier. Ce faisant, le film brode une belle réflexion sur la règle et l’usage, et pose cette question : comment négocie-t-on avec la tradition ?

 


5 décembre : Le train de sel et de sucre, Licínio Azevedo
Mozambique, 2016, avec Thiago Justino, Mazamba Joaquim, 1h33, 16/16 ans


Un train s’apprête à quitter Nampula, au Nord du Mozambique, pour rejoindre le Malawi. En 1989, la guerre civile sévit dans le pays et entamer ce voyage dans des régions magnifiques et souvent désertiques signifie surtout risquer sa vie, car le train traversera plusieurs zones rebelles.

 


19 décembre : Hotel Jugoslavija, en présence de Nicolas Wagnières, réalisateur
Suisse, 2017, documentaire, 1h18, 16/16 ans + court métrage


L’Hotel Jugoslavija, bâtiment mythique construit au début des années 70 à Novi Belgrade en Yougoslavie fût un symbole des différents moments de l’ex-Yougoslavie. Il hante toujours aujourd’hui le paysage belgradois comme un miroir tendu à une Serbie en quête de nouveaux repères. Le réalisateur propose un voyage dans les époques et les espaces du bâtiment et découvre une part d’inconscient collectif et de sa propre identité.

 


9 janvier 2019 : A Ciambra, Jonas Carpignano
Italie, 2017, avec Pio Amato, Koudous Seihon, 1h58, 16/16 ans


Pio, Calabrais de 14 ans, veut grandir vite. Comme son grand frère Cosimo, il boit, fume et apprend l’art des petites arnaques de la rue. Et le jour où Cosimo n’est plus en mesure de veiller sur la famille, Pio va devoir prendre sa place. Mais ce rôle trop lourd pour lui va vite le dépasser et le mettre face à un choix
déchirant. Le réalisateur a tourné cette fiction avec les habitants du quartier : c’est aussi un reflet de leur vie.

 

 

23 janvier : Ce qui nous lie, Cédric Klapish
France, 2017, avec Pio Marmai, Ana Girardot, 1h53, 8/14 ans


Jean a quitté sa famille et sa Bourgogne natale il y a dix ans pour faire le tour du monde. Apprenant la mort imminente de son père, il revient dans la terre de son enfance. Il retrouve sa soeur, Juliette, et son frère, Jérémie. Leur père meurt avant le début des vendanges. En un an, au rythme des saisons qui s’enchaînent, ils vont retrouver ou réinventer leur fraternité, mûrissant en même temps que le vin qu’ils fabriquent.

 


6 février : Derniers jours à la Havane, Fernando Pérez + court métrage
Cuba, 2017, avec Jorge Martinez, Patricio Wood, 1h33, 16/16 ans


Deux personnages contrastés pour un instantané du Cuba d’aujourd’hui, île funambule entre crise économique, discours social muselé et solidarité vivace. Dans un appartement délabré, Miguel, qui rêve de fuir vers l’Eldorado des États-Unis, soigne Diego mourant du sida. Tout sépare les deux hommes : l’énergie, l’espoir, la vision du futur ; et pourtant, leur amitié persiste. Ces « derniers jours à La Havane » sont emplis d’humanité.

 


20 février : Yéniche Sounds, Karoline Arn, Martina Rieder
Suisse, 2017, documentaire, 1h32, 6/12 ans


C’est à un voyage magnifique qu’invite Yéniche Sounds. Sur les pas de Stephan Eicher, les réalisatrices remontent aux origines du folklore suisse. Savez-vous que «Grüezi wohl Frau Stirnima», gros succès de 1969, a jailli d’un violon yéniche ? Aux éleveurs de vaches, les voleurs de poules ont légué leurs mélodies, leur mélancolie, et sans eux ça ne guincherait guère sur l’Alpe. Jouant à l’oreille, ils se sont souvent fait voler leurs compositions.

 


6 mars : I am not a witch, (Je ne suis pas une sorcière) Rungano Nyoni
Zambie, 2017, avec Margaret Mulubwa, Henry B.J. Piri, 1h34, 16/16 ans


Dans un village, une fillette est accusée de sorcellerie et enfermée dans un camp de sorcières, visité par des touristes. Un beau film, qui révèle le talent d’une cinéaste inconnue en même temps qu’il fait surgir un nouveau pays, la Zambie, sur la carte du cinéma. Une sorte de conte dans la réalité d’une Afrique contemporaine mis en scène avec beaucoup de grâce et de poésie.

 


20 mars : Wajib, (L’invitation au mariage) Annemarie Jacir
Palestine, 2017, avec Mohammad Bakri, Saleh Bakri, 1h36, 16/16 ans + court métrage


Il existe en Palestine une tradition appelée «wajib» selon laquelle les invitations à un mariage se doivent d’être transmises de main à main. Un professeur de Nazareth, divorcé, prépare le mariage de sa fille. Son fils, architecte à Rome depuis plusieurs années, rentre pour l’aider à distribuer les invitations. Les tensions entre eux refont surface tandis qu’ils enchaînent les visites en voiture. Une sorte de road movie urbain magnifiquement mis en place par la cinéaste palestinienne Annemarie Jacir.

 


3 avril : Printemps culturel 2019: Sami, une chronique lapone, Amanda Kernell
Laponie, 2016, avec Lene Cecilia Sparrok Maj Doris Rimpi, 1h50, 12/12 ans


Christina est contrainte de se rendre dans son village d'origine, en Laponie, afin d'assister à un enterrement. Ce retour initie un voyage dans le temps qui remonte aux années 30, alors qu'adolescente, en proie à des violences aussi bien institutionnelles de nature raciste que personnelles, elle se décide à nier ses origines, à changer de prénom et à partir pour Uppsala.

 


17 avril : Ama-San, Claudia Varejao
Japon, 2016, documentaire, 1h52, 16/14 ans


Dans un endroit isolé du Japon, une communauté de femmes pêcheuses préserve ses traditions pour subvenir aux besoins de la communauté. Chaque jour, elles plongent dans l’Océan Pacifique à la recherche d’algues et de crustacés pour se nourrir, elles et leurs familles, ou pour en faire du commerce. Une seule bouffée d’oxygène dans les poumons doit leur suffire pour aller jusqu’au fond de l’océan et rester dans l’eau jusqu’aux limites de leur résistance.

                                                                                                                                                                                   

-------------------------------------------------------------

 

Carte de membre individuelle :                          72.-

Carte à 3 entrées                                                25.-

Une entrée (hors abonnement)                         12.- /13.- (balcon)

Une entrée (AVS, chômeurs, étudiants)            10.-

Attention : réduction de 5.- membre CCV uniquement sur carte individuelle (pas de cumul)